Paris Haussmannien & Rues

L'élégance de l'héritage,
des rues pavées aux grands boulevards

Bordeaux, avec son architecture élégante et ses rues larges, présente de frappantes similitudes avec le célèbre Paris haussmannien. Les bâtiments bordelais aux façades ornementées, aux balcons en fer forgé et aux toits en ardoise rappellent les immeubles de la capitale. Les rues bordées d’arbres, les trottoirs spacieux et les places pittoresques rappellent les boulevards parisiens emblématiques créés sous Napoléon III et le préfet Haussmann au XIXe siècle. Bordeaux partage également l’héritage de l’urbanisme haussmannien, avec ses larges avenues rectilignes qui convergent vers des places majestueuses. Les quais de la Garonne, avec leurs façades classiques, offrent une perspective fluviale évoquant les berges de la Seine à Paris. Cette ressemblance architecturale avec Paris permet aux productions de recréer facilement l’ambiance parisienne à Bordeaux.

Les intérieurs bordelais témoignent de l’esthétique caractéristique des appartements parisiens du XIXe siècle : Les immeubles bordelais, tout comme ceux de Paris, ont des intérieurs spacieux :  hauts plafonds, moulures détaillées, parquets en bois massifs, cheminées ornées rappelant l’opulence du style Haussmannien…

Les cages d’escaliers sont de véritables joyaux architecturaux haussmanniens, ornées d’éléments décoratifs tels que des rampes en fer forgé, des balustrades en bois finement ouvragées, des moulures décoratives et des sols en marbre.

Le saviez-vous ?

Le baron Haussmann a entrepris d’importants travaux à Bordeaux, notamment le dégagement de la place Pey-Berland, le percement de la rue Vital-Carles et du cours Alsace-Lorraine. L’influence haussmannienne s’est ensuite fait ressentir dans toute la capitale de l’Aquitaine, notamment à travers la création de boulevards.

Entre la fin du XIXe siècle et 1914, Bordeaux s’est imprégnée du style haussmannien, qui a marqué ses immeubles résidentiels, rues, boulevards et avenues. Par la suite, ce style s’est étendu aux édifices publics, tels que l’hôtel de ville, Gambetta, et surtout la place de la Bourse bordelaise, détenant une splendeur harmonieuse évoquant Versailles.

La ville de Bordeaux se distingue par une multitude de bâtiments à l’architecture renommée. Grâce à ses structures de faible hauteur, le centre-ville de Bordeaux bénéficie d’une belle luminosité naturelle, les rayons du soleil pénétrant aisément dans les rues.

Zoom sur

« Mon crime » de François Ozon et « Nos Frangins » de Rachid Bouchareb, deux films tournés à Bordeaux, offrent une reconstitution captivante de la vie parisienne à différentes époques, des années 30 aux années 80, faisant revivre la splendeur de la capitale française à Bordeaux.

Rachid Bouchareb, le réalisateur de « Nos Frangins », a recréé l’atmosphère parisienne des années 80 à Bordeaux en seulement 33 jours de tournage. Des lieux emblématiques tels que la Cité du Grand Parc Gironde, la Cité de Saige Gironde, le Campus Victoire – Faculté de psychologie, l’Université de Bordeaux, la Rue du Hat, la Rue du Poquelin Molière, ainsi que l’institut médico-légal ont été soigneusement utilisés pour donner vie à cette époque.

Nos Frangins
3B Productions – France 2 Cinéma – Le Pacte

Quant à « Mon Crime » de François Ozon, le réalisateur a recréé le Paris des années 30 en seulement 2 jours de tournage. Des endroits emblématiques tels que l’Hôtel Fruges et la Rue de la Cour des Aides ont été choisis pour donner vie à cette période historique.